J’ai fait 6 ans d’étude dans le domaine de l’espace (scénographie et architecture d’intérieur). J’ai toujours été fort dans la matière, le concret, de part mon éducation sans doute. Je viens d’une famille d’hommes de métier, très manuels. Pourtant, sans même savoir ce que c’était, une petite voix me soufflait dans l’oreille qu’un jour j’étudierais le Feng Shui. Quelques années ont passé et puis le premier grand bouleversement de ma vie eu lieu… rupture! Après 8 ans de relations et plein de projet en tête mon couple se brise et mon cœur par la même occasion.

Après avoir pleuré toutes les larmes de mon corps, mon premier réflexe a été de travailler sur mon espace. Espace qui avait été le notre durant plusieurs années et dans lequel j’avais décidé de rester. J’emballe les affaires qui ne sont pas les miennes, je déplace les meubles, je chamboule tout pendant des semaines, au point de vivre pendant un moment dans un chantier qui ressemble plus à un marché aux puces qu’à un appartement. Je me sens déjà mieux! J’ai la sensation de prendre ma vie en main et d’être à nouveau maître de mon destin et de mes choix.

Très vite, la petite voix est revenue me susurrer à l’oreille que le Feng Shui était une voie pour moi.

Je me presse donc d’acheter de la documentation. Je lis quelques livres, certains vulgarisés et pas assez complets à mon goût et d’autres trop techniques et incompréhensibles me donnant un sentiment d’angoisse à chaque déplacement d’objet … « et si c’était pas Feng Shui? » .

Je me dis donc, que la meilleure solution c’est de suivre un cours. N’ayant pas vraiment envie de retourner à l’école, j’opte pour un cours par correspondance. Je lis le syllabus, je n’apprends rien de plus que dans mes bouquins et j’ai des dizaines de questions en tête. Je me rends alors compte que le feng shui, ce n’est pas de la théorie, mais de la pratique. J’ai besoin de concret, besoin qu’on réponde à mes questions et de mettre en pratique, tel un labo mes apprentissages chez moi.

Je m’inscris alors dans une formation, « les ateliers du feng shui » à Namur, Pascal, le professeur passionné répond en quelques leçons à toutes les questions que je me posais depuis 2 ans. Et là, quelque chose se passe en moi, c’est l’effet Feng Shui sans doute. Les choses sont si limpides, si logiques. C ‘est comme si j’avais toujours fait du Feng Shui.

Je trouve enfin ce qui me manquait à mon métier. La part humaine, celle qui fait qu’un projet ne convient pas à tout le monde. C’est comme un vêtement, mais c ‘est plus subtile. Il faut apprendre à comprendre, écouter la personne. Comprendre comment elle fonctionne et l’aider à régler ce qui la bloque et tout cela grâce à l’espace. Les pions se mettent donc en place. L’art de l’esthétisme mêlé à l’humanisme à travers un espace, c’est donc ça l’architecture d’intérieur Feng Shui.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *